Le Comptoir Général

comptoir-adelap3

Adresse : 80 Quai de Jemmapes, 75010 Paris

Téléphone : 01 44 88 20 45

Ah là là c’est dommage… ça aurait pu être un endroit si sympa, un peu reculé, un peu dissimulé, un peu alternatif… mais non, c’est simplement à chier. Et donc digne d’être présent dans les pages de ce blog.

L’accueil est froid comme une porte de prison. J’ai même vu un petit blanc se voir  refuser l’accès au bar par un grand noir musculeux, ravi de montrer qu’il a le pouvoir. Si jamais vous persistez à vouloir franchir le seuil de ce bar, vous le verrez envahi de hipsters, yuppies et autres molassons féminisés. En bref, le rebut du genre humain.

Alcool très cher (pinte à 7 euros), ambiance prétendument ethnico-culturo-artistique (cf cabinet de curiosité, assez ridicule quand on y regarde de plus près) et anticoloniale, silencieusement antifrançaise. On n’est pas à une contradiction près.

Qu’on défèque dans la gueule ouverte des connards jusqu’à débordement.

Publicités

60 réflexions sur “Le Comptoir Général

  1. L’anonymat derrière lequel se cache ce petit facho est à la hauteur de sa plume : une diahrrée verbeuse et prétentieuse qui dissimule mal la frustration d’une vocation ratée : l’histoire d’un petit fonctionnaire de mairie qui aurait aimé faire partie des gens qui créent et comptent ? Heureusement que son avis ne compte lui que pour son chien et sa tante …

    • Bonjour Olivier de G, merci pour votre commentaire. J’avoue ne pas me reconnaitre dans votre description. « Petit facho » ? Mais enfin, qui vous dit que je suis petit ? Mais comme vous le dites si justement, mon avis n’engage que moi. Quoiqu’au vu des approbations que je reçois sur ces petits textes, il apparait que mon avis est apprécié et partagé par beaucoup. Bien à vous.

  2. Olivier, puisque l’anonymat sur le net vous semble être de trop, pourriez-vous me communiquer votre adresse personnelle, nom de famille, employeur, photo de vacances… ? Ne faites pas votre difficile ! Vous qui êtes un cadre sup, bien loin des « pauvres petits fonctionnaires de mairies » (au passage, je pourrais parrier qu’au taux horaire, ce petit fonctionnaire vous met la misère, peut être est-ce la source de votre jalousie, mais passons), savez comment la vie privée n’est que foutaise .

    C’est tellement facile d’utiliser la fameuse attaque « facho » de nos jours: tu n’aimes pas mon bar ? facho ! tu ne portes pas la moustache ? facho ! tu n’exprimes pas les mêmes avis que les plus gros (et plus beaufs) blogs français ? facho ! et j’en passe.

    Après tout, si c’est pour rencontrer des personnes comme vous dans les bars cités dans ce blog, je vous prie de bien vouloir nous indiquer vos lieux de beuveries, histoire de les éviter !

    Quant à vous Alf, je viens de découvrir votre blog, et sachez que votre pertinence n’a pas de limite.

    Bien à vous messieurs.

      • Je pense que le « facho » (un peu excessif je suis d’accord, terme utilisé à tort et à travers mais que l’on rattache à toute personnes ayant des opinions se rapprochant de près ou de loin du racisme) est ici du à :
        – « J’ai même vu un petit blanc se voir refuser l’accès au bar par un grand noir musculeux, ravi de montrer qu’il a le pouvoir. »
        – « ambiance prétendument ethnico-culturo-artistique (cf cabinet de curiosité, assez ridicule quand on y regarde de plus près) et anticoloniale, silencieusement antifrançaise. »
        Au cas ou vous n’auriez pas compris. 🙂

  3. « 2 bloggers like this », en effet, ce post déchaine les foules…

    -Tout le monde est le bienvenue au Comptoir General, dans la limite du raisonnable niveau attitude a l’entrée. Les gens désagréables ou trop alcoolisés resteront dehors, cela me semble logique. (Complètement ridicule d’entendre dire qu’un « blanc » se fait refuser l’entrée).

    -Ambiance silencieusement antifrançaise? Pourriez vous argumenter?

    -Niveau tarifs, un demi a 3.50 et une pinte a 7 ne me semble pas excessif pour le quartier. Une assiette copieuse pour 10 euros? A part du fast food je ne connais pas beaucoup moins cher le soir dans le coin…

    Néanmoins, votre avis nous interesse, si vous vous décidez a publier une argumentation qui tient la route, veuillez me l’envoyer a contact@lecomptoirgeneral.com.

    • Pour être aller (une seule fois, et jamais plus !!!! Une fois a été plus que suffisante et de trop !!) dans votre bar/cantine, je suis tout à fait d’accord avec ce petit descriptif d’Alf L’extraterrestre.
      Il a tout de même oublié une « petite » chose qui a son importance: l’attitude carrément méprisante, détestable et aussi sympa qu’un chien éventré en train de se faire bouffer par les vers, des serveurs et serveuses. Donc non seulement, l’accueil général est froid, c’est vrai, mais une fois arrivé au bar on n’a qu’une seule envie: défoncer à coups de pioches ces mêmes serveurs/serveuses têtes à claques abruties qui snobent les clients (et qui ne les servent même pas !!) et foutre le feu à ce taudis, comme ça, juste pour se défouler les nerfs d’avoir été traité comme de la merde gratuitement.
      Je ne vous salue absolument pas.

    • Ce que je prefere au comptoir general, c est la mafia à l’entre qui t oblige à donner de l’argent à prend coup d’intimidation pour une obscure association (surement pour la 2eme piscine du proprio).

    • Je suis du quartier : pour le même prix au Jemmappes, on a une bière belge spéciale. Pour 5 euros on a de la golden kenya.
      Chez Prune, la pinte coute 5,5 € en happy hour.

  4. L’accueil n’a jamais été exécrable pour moi ! Au contraire… On chante et danse et fait des blagues à chaque entrée/sortie. Attention à ne pas généraliser sous prétexte qu’un mec peut-être trop bourré s’est vu recadrer sous vos yeux. Dire que le cabinet de curiosités est ridicule est facile…

  5. Cher Monsieur Alf, j’apprécie beaucoup votre prose sur ces lieux de merde qui n’incarnent plus la fête depuis longtemps ni même la bonne cohésion sociale dont ils sont pourtant sensés être les principaux vecteurs. Ces lieux sont maudits et salis par toute une clique de petits bourgeois arrivistes, conformistes, prétentieux et ennuyeux qui, nous le voyons une fois de plus, deviennent hystériques et insultants (j’ai vu qu’on vous avait traité de « facho ») dès qu’on ose porter la moindre critique sur leur univers de merde.

  6. Entièrement d’accord avec vous, le comptoir général est dégoulinant de fausse bienveillance envers l’afrique. Beaucoup disent d’ailleurs que l’équipe (via la structure pro du comptoir) propose des projets à des intervenants, artistes, sans meme vouloir les payer. Ils représentent tout ce qu’il y a de plus détestable. A la tete d’u comptoir une bande de petits parisiens bourgeois qui n’a jamais mis un pied en dehors de new york london et berlin et qui se branchifie via le slogan l’Afrique c’est chic. C’est écœurant et surtout qu’est ce qu on s’y ennuie!!

  7. A noter il semblerait aussi que Papa Kourand n’ait pas été payé ou du moins n’à que très peu profité des bénéfices liés à cette fameuse campagne absurde « Votez Papa Kourand », ou comment exploiter un musicien congolais de 90 ans. C’est propre!

  8. Ça m’étonnerait pas que le mec qui a écrit ce blog se soit fait violé par 2 ou 3 blacks en compagnie de quelques STAPS… Ca sent la rancoeur mêlée à des problèmes d’ego qu’un étudiant en 2ème année de psycho aurait pu régler en quelques séances, et ça gratuitement.

    Ecris plutôt sur ces grandes écoles parisiennes qui regorgent de bouffons à mèches. Ca pue pas l’urine mais la médiocrité intellectuelle (et humaine)…

  9. ce lieu reçoit tous les bobos de paris, très chics et m’as-tu vu? 7 euros la pinte, ce n’est rien pour eux, et ça permet de faire une sélection naturelle! Le Comptoir général, il faut le savoir, n’est qu’une USINE A FRIC!! Les bobos de Paris, vous savez ceux qui s’agglutinent le soir par milliers au bord du Canal Saint-martin car c’est là qu’il faut y être, sont tombés dedans! Mdr!!!! Cet article rétablit un peu la vérité!

  10. Moi jème b1 seu barre. Il é coule et tou. An + sa done la chansse à dé mairde kom toi de ce sentir vivante Alf L’extraterrestre, en aicrivant 1 torche cul en ligne.
    Maircy Papa Kourand.

  11. Tout à fait d’accord. Sans oublier l' »accueil » aussi dégueulasse qu’une cuvette de chiottes publiques des serveurs/serveuses du bar. Je n’ai jamais vu une équipe aussi à chier.

  12. Personnellement je suis pas d’accord avec cette critique. Le comptoir général a la clientèle qu’elle mérite. Comment penser qu’un bar du canal st martin pourrait être autre chose qu’un lieu puant?
    La décoration est ridicule, la bouffe dégueulasse et les prix c’est vrai un peu cher pour un endroit que se voudrait ouvert et différent.
    Mais quelle plus belle illustration du lieu pourrait-il y avoir que le dicton suivant « donnez de la merde à des cochons ils y reviendront toujours ».
    Bravo les mecs vous avez fait fort! On voit dans toute sa splendeur comment l’économie dite sociale et solidaire peut être aussi cynique que l’ultra libéralisme qu’elle dénonce.

  13. L’idée est bonne car les lieux qui abusent (grave) à Paris sont légions; l’humeur actuelle est au défoulement (violent) et autant ça peut être salvateur autant ça peut entrainer les plus « faibles » dans des retranchements non souhaitables. Des critiques de lieux qui le méritent en balançant les prix, le service ou le lieux, je suis pour (et même prêt à vous aider 😉 mais tirer à vue sur Le Comptoir Général (je n’ai pas tout lu sur les autres chroniques) alors que ça a toujours été un endroit coopératif (au sens accueil des Asso du quartier), sans frime (mais la non frime peut devenir de la frime) et, franchement, pas trop cher (pas donné non plus; 10 + 3,5 + 2 = 15,5 pour une bière, une assiette de charcut et un café… ;( vu le prix des loyers du quartier. Car s’il y a bien un coupable de la dégradation des cafés et restau, c’est le prix des loyers à Paris ! Votre site mériterait une vraie analyse (pas à chaud au bout d’une visite malheureuse; il y des cons partout !) au bout de deux ou trois visites et avec des mots mieux….pesés. La violence verbale nous entraine inexorablement vers le fascisme de comptoir (en plus !). Quant aux commentaires si nombreux de nos jours sur les « bobos » qui sont si puants et si arrogants (soit disant) ils deviennent insipides tellement ce terme a été vidé de son sens. On est toujours le bobo de quelqu’un 😉

  14. Content de lire cettecritique, j’avais pensé la même chose en en ressortant aussi vite possible la fois où je m’y suis perdu. Une vaine et pâle copie des lieux alternztifs berlinois, à la sauce sans âme des hipsters-matuvus parisiens. Un haut lieu de comprimission des concepts alternatifs. Ridicule.

  15. « J’ai même vu un petit blanc se voir refuser l’accès au bar par un grand noir musculeux, ravi de montrer qu’il a le pouvoir »

    étonné…? quand t’es bronzé, c’est la routine…

  16. Perso, après m’être acheté une petite chemise chez The Kooples et une paire de Veja chez Centre Commercial (j’ai l’esprit commerce équitable) j’adore traverser le canal, traquillou, et aller me boire un ptit mojito au Comptoir.
    Tellement frais cette ambiance exotique et déconne avec ces gens africains en photo.

  17. Alors, je suis pas méga bobo, j’habite pas le canal, mais pourtant j’aime bien ce lieu! Vous pouvez pas chier autant dessus. Ya une grande véranda en pleine journée c’est hyper agréable avec la lumière, le petit jardin pour fumer ou se poser boire son verre en été c’est vraiment sympa. Les serveurs et serveuses, je sais pas où vous avez vu ça: ils sont très gentils et souriant mais plutôt en début de soirée, après ils sont débordés de ouf. Pour ce qui est de la machine à fric, ce lieu n’est absolument pas rentabilisé à son maximum en terme d’espace alors de quoi parlez-vous? La bouffe, bein si t’aimes pas les plats africains simples et bah oui c’est sur va pas là bas, mais c’est bon, c’est gras, c’est sucré, tu t’en met pleins les doigts et tu te remplis bien la panse, jsuis désolée c’est sympa. Le cabinet des curiosités, ça fait partie du décor c’est pas non plus l’attraction du siècle alors on s’en fou, c’est comme si tu critiquais les tableaux dans un resto!! On s’en fou après 2 verres c’est très marrant. Et la friperie au dessus, sur la mezzanine ? Elle est pas très chère et y’a des belles pièces. Et le dimanche l’ambiance est vraiment géniale avec des gamins qui jouent partout en plein milieu du passage et tout le monde s’en fou. Refoulé parque t’es blanc??? Mais c’est vraiment une connerie ça! Les deux gros défaut de ce lieu c’est que tu peux pas souvent t’assoir justement parcqu’ils rentabilisent pas assez l’espace, et la luminosité le soir qui pour le coup est vraiment très tamisée. Mais les boissons sont pas très chère pour le quartier, et très bonnes.
    Et y’a un vrai mélange, surtout pendant les retransmissions des matchs de foot africains, à la fin tout le monde se retrouve au bar, les darons renois qui sont survoltés et les « petits blancs-bobo » et les trentenaires « normaux » et c’est cool tout le monde discute en se frayant tant bien que mal un chemin vers le bar, y’a une bonne ambiance et on se marre bien avec des inconnus. Pourquoi tu chies pas plutôt sur des bars de merde comme Chez Jeannette ou Le Mauri7 qui là pour le coup sont vraiment des bars à cons et à pétasses. Vraiment vous êtes hargneux bêtement.

  18. N’ayons pas peur des mots, le Comptoir Général s’en fout de sa clientèle et se branle en pensant à lui-même.

    Noir et de sexe féminin, un petit sourire et vous passez la porte sans faire la queue. Oui, c’est prouvé puisque ça m’est arrivé les deux fois où j’ai tenté. Après un don (obligatoire) fixé à la tête du client, pas d’explication sur la destination…Soit contente d’être rentrée et tais-toi. Alors rentrons dans ce que l’on croit être une atmosphère décontractée et chaleureuse… ERREUR : la bataille fait rage pour un pauvre siège vintâge, la boisson est chère mais tu peux te gratter pour y tremper les lèvres, vu le monde. Ne parlons pas de ce repas… avec des bananes plantains pour plus de 8€…

    Le jardin où tout le monde se fume dessus et recrache les paroles des autres ça va deux secondes, d’ailleurs à une certaine heure l’accès est interdit. La serveuse qui t’ignore trop occupée à s’aimer, elle se sent toute puissante derrière son bar et t’écoute ou te regarde à peine. Tu veux un verre, ce n’est pas son problème. A moins que tu sois noire, que tu fasses ami-ami avec les videurs, tu auras la chance d’avoir des boissons gratuites et de ne pas comprendre ce que je te dis quand j’affirme haut et fort que ce  » lieu c’est du foutage de gueule ».

    Le coin vintâge avec deux fringues et trois jouets…

    J’y ai cru, j’ai été vaincue, maintenant je boycotte, car ce n’est qu’un repère de hipster-bobo-en-recherche-d’exotisme prêts à faire la queue pour tout et n’importe quoi.

    Cher comptoir, allez un peu en Afrique.

  19. « J’ai même vu un petit blanc se voir refuser l’accès au bar par un grand noir musculeux, ravi de montrer qu’il a le pouvoir.  » J’aimerai comprendre, il y a des relents racistes là-dedans

  20. Jamais eu de mauvais accueil à mon arrivée. Je suis venue un dimanche, bar à moitié vide, gérant qui se présente à moi, les serveurs qui m’offrent des verres, les autres jours ce bar est juste plein à craquer donc l’accueil ne peux pas etre le meme. J’ai envie de dire c’est normal on est à REPUBLIQUE. Enfin c’est sur que si on arrive avec une attitude et une gueule de renifleur de merde ca arrange pas les choses.

    Ensuite, l’auteur de l’article part beaucoup trop loin : « Ambiance prétendument ethnico-culturo-artistique (…) et anticoloniale, silencieusement antifrançaise.  » Le Comptoir Général est considéré comme un bar africain alternatif par tout le monde. Comme il y a des bars latinos, ou anglais à Paris. C’était pas la peine de le mettre dans la case du pseudos « racisme anti blanc » dont on entend parler si souvent en ce moment. Trop facile.

    Pour rajouter à l’illustration du manque de logique de l’auteur, et comme a répondu le comptoir général dans les commentaires, 3,50 le demi, 7 euros la pinte, il y a moins cher mais c’est les prix normaux des bars de République. Il y a rien d’étonnant là dedans. Je tiens aussi à ajouter que le Comptoir Général a aussi des cocktails aux concombres sur lequel l’auteur aurait pu donner son avis si ce blog avait une quelconque utilité.

    Pour finir je dirais que ce blog aurait pu être hilarant, vu la façon d’écrire de l’auteur et l’idée mais là,ca donne juste l’image d’un petit frustré de province aux relents extreme droite raciste qui défoule sa frustration sexuelle sur les bars ou il n’a pas réussi à trouver une paire de jambes consentantes à s’écarter. C’est dommage.

  21. Oui mais tu n’as pas besoin de préciser que tu es très conne.
    Franchement quand on lit ton dernier paragraphe on se dit que tu es très bien dans ton quartier et vraiment restes-y à jamais.

  22. ce blog aurait pu être cool aussi, mais malheureusement ce n’est que vomi verbal, insultes gratuites de quelqu’un qui n’a jamais réussi à créer quoi que ce soit, qui détruit le travail et l’entrepreneuriat dont font preuves d’autres à travers un blog anonyme dans lequel – lui – ne prend de son côté aucun vrai risque

  23. chère bande de nazes
    le méprisé devient-il méprisant?
    intégration pour certains, adaptation pour d’autres… si t’as un handicap socio-culturel profond alors ne sors pas de chez toi.
    faire pia-pia avec des arguments redoublants d’hostilité désuète et puérile à ce point, ça sent la frustration post coloniale mal (di)gérée!
    tu vis à paris? ça ne t’as pas fait la même impression dans 70% des endroits que tu fréquentes, sois franc et admets que tu aimes les quenelles! parce que toi même tu en as glissée plus souvent qu’à ton tour…
    alors crées donc un comité de soutien aux « pauvres petits blancs maltraités et refoulés » des bars « afros » de France, mdr
    y’a pas des blogs pour allumer les clients imbus d’eux mêmes et passablement exécrables et irrespectueux de ceux qui bossent dur (parfois) pour les accueillir et tenter de leur faire passer un bon moment? y’en a marre de cette génération de mal polis qui croient que tout leur est dû parce qu’ils ont lâché 10€ que papa/maman leur a refilés sans avoir à les mériter…
    force et honneur!

    • Cher(e) manguelette,

      Penses tu que c’est normal que « 70% » des endroits, comme tu dis, traitent les clients comme de la merde, fortemment bien décrit par Ingrid plus haut ? C’est devenu la mode de Paris j’ai l’impression. Il suffit de regarder l’émission « Connasse » de Canal+. J’ai aussi l’impression que c’et devenu un acquis, ou pourquoi pas aussi une sorte de signature. Tu possèdes le bar le plus insolent ? Parfait, tu vas accueillir la wanabe-elite parisienne !

      Tu penses que c’est normal justement que cette « génération » comme tu dis (j’ai la trentaine, donc ton histoire de papa maman est plus qu’immature) ose se plaindre parce que le service pour lequel ils payent n’est pas bon ?

      Sache que dès lors que je suis client, et que je te paye, qui que tu sois, tu es la pour me servir (service, tu connais?) et que j’ai totalement le droit (le devoir pourquoi pas) de partager mon ressenti et de critiquer ce que j’estime être de la merde. Bientôt, en plus de payer, il va falloir être redevable du bar pour l’honneur qu’il t’a fait en te servant un verre !

      Si tu possèdes une insitution qui traite ses clients (et je ne parle pas de tes trois potes qui sont collés au bar depuis son ouverture, ni de la woo-girl qui ne rêve que de se faire troncher pour la 45ième fois à défaut de trouver mieux pour elle) comme si ils te devaient l’honneur de pouvoir se joindre à tes côtés dans ton bar, c’est que tu fais mal les choses.

      Je ne parle pas de la partie blanc/afrique etc, je parle du fait de payer pour avoir un service, qui se doit d’être respectueux. A titre de comparaison, j’aimerais voir ta tête le jour où tu te pointeras au resto, que le serveur te regardera à peine, sortira des private jokes à la table d’à côté pendant que tu commandes (qui aura pris 45min avant de se faire), te balancera presque à la gueule une assiette mal présentée et mal décongelée, suivie de prêt d’une jolie addition de 230€ et un énorme sourire. Je te dirais que c’est Paris, c’est normal, tu la fermes, tu payes, et tu te casses dire à tout le monde que c’était le meilleur resto parceque l’équipe travaille dur !

      Ce qui me fait rire, c’est que tu parles de ceux qui payent avec l’argent de papa/maman, alors que toi, tu serais prêt à lacher ta propre thune pour de la merde ! Idiot(e) que tu es.

  24. hycday
    si l’endroit ne me conviens pas saches que je n’irai pas y dépenser ma thune.
    comme dans toutes les métropoles et grandes villes du monde dictato-occidento-libéral pro quenélisation la moitié des gens qui sortent et consomment font parties de cette génération de débilos qui vivent dans le tout est acquis et facile; et l’autre moitié galère ou pas tout dépend comment tu vois ton verre… comme toi je suis trentenaire et n’apprécie pas de me faire fister par des pseudos bobos surfers qui te vendent tout et n’importe quoi sous n’importe quel prétexte!
    le service je connais, je te rassure, mais comme beaucoup je crois. moi aussi je recherche le respect que je fasse partie de la clientèle ou du staff. aucune idiotie de ma part.
    la critique, si elle est bonne avec plaisir, si elle est mauvaise ok si ça peut améliorer ou faire avancer les choses mais si c’est juste répandre la haine gratuite, c’est pas super constructif.
    vous débarquez de la lune tous et vivez au pays de oui-oui? rien ne justifie un mauvais service ou une mauvaise bouffe d’autant que tu te te fais bien plumer au passage, certes! mais quand tu vois débarquer un/une cliente en mode connard parce que c’est son droit, qu’il a payé, fait trop longtemps la queue, pas compris comment ça marchait, pas envie de lire le menu, n’est sont pas aimable, peut être que les serveurs/serveuses n’étant ni des robots, ni des chiens deviennent des fois peut être aussi cons que ceux qu’ils ont en face.
    à bon quenelleur salut

    • ahahah. Tellement ridicule d’introduire cette expression de « quenelle » à la con. C’est d’un original affligeant et ça n’a aucun sens. Merci pour cette intervention brillante Manguelette. Retourne t’informer sur jeanmarcmorandini.com. Bisou bisou

  25. Manguelette,

    Tu peux très bien trouver un endroit sympatique, puis être très déçu dès ta première commande (ou les suivantes).
    Tu as l’air de parfois rejoindre mes propos : rien n’est acquis, rien n’est facile. Le staff d’un bar ne doit pas penser que sa clientèle est acquise. La clientèle ne doit pas penser qu’un bar doit être parfait, parcequ’il le fréquente. Seulement, l’un paye un service, l’autre le rend. Donc il va de soit que celui qui paye a le droit de l’ouvrir et dire que ce qu’il recoit ne lui convient pas. Va dire à ton patron qu’il aille se faire voir et tu auras une belle application de l’idée. Et ca s’applique partout, nul besoin de me sortir ton discours bobo de monde dictato-occidento-libéral. Je dirais même que ce monde là est surement le plus soft en la matière.
    Je vis dans un monde où tu es en droit d’exiger un respect de la part d’un barman, d’un serveur ou d’un physio. Et pas besoin non plus de venir me sortir que je refoule mes recallages, j’ai passé l’âge de trainer dans les endroits où tu payes 35€ l’entrée pour te faire servir un vieux W.Peel/Coca à 15€ parceque tu as eu la chance inouie d’être accepté par le physio.
    D’autre part, sache que je te rejoinds sur la partie du client connard qui se croit tout permis parce qu’il a payé. Le respect va dans les deux sens, et je ne pense pas que ce que je décris soit de trop.

    Enfin, petite question, tu cherches à suivre l’actualité, à donner un synonyme de « se faire enculer », tu es lyonnais ou bien tu cherches simplement des points Godwin avec ton expression sur la quenelle ? Parce que la, tu en as au moins 3 ou 4 des points Godwin !

  26. Bonjour à tous,

    Testé hier pour vérifier que ce lieu était manifestement à chier. Et bien je dois avoué que c’était (pas) loin d’être le cas :
    Si on passe sur la déco Africa Power qui m’a laissé perplexe :c’est quoi le message vive les dictateurs ou vive la décolonisation? Ne sachant pas différencier Bokassa, Mobutu, Mandela ou Paul Walker si on me montre leurs photos, j’avais pour but de remédier à une partie de mon ignorance auprès du personnel mais oh surprise une taxe (coloniale? Bah alors la je comprends plus rien) attendaient mon amie et moi. Bon on nous dit que c’est pour des truks humanitaires et que les bénéfices des bénéfices des bénéfices servent à faire des truks vachement bien (bon y’a pas trop de preuve mais on va les croire sur parole). J’étais en réalité assez heureux d’avoir un ptit simley à l’encre indélébile sur le dos de ma main. Pour me rappeler et rappeler à tout Paris que j’ai soit été un bienfaiteur soit un pigeon (mystèreeeee). Enfin bon dans le doute ça sera déduit du pour-boire des serveurs (désolé les gars). Enfin du « personnel présent physiquement » disons. Personnel peu accueillant qui n’a pas oublié d’oublier de sourire et d’être tristounet comme tout parisien qui se respecte (cliché?Possible…).
    Niveau clientèle, loin de moi l’idée de juger quelqu’un sur son apparence. Je me contenterai de dire qu’on a l’ambiance qu’on mérite, que seuls les gens ennuyeux s’ennuient. J’ai encore en mémoire les banquettes de 6 personnes monopolisées par des groupes de 2 personnes venus pour se regarder dans le blanc des yeux (combat de regard bovin) et ne surtout pas parler aux personnes qui les entourent. Car prendre le risque de passer un bon moment avec des inconnus…. pfiuu rien que d’y penser je sais pas vous mais moi ça me glace le sang.
    Si on peut passer sur tout ces détails, et bien franchement j’ai bien aimé la déco « Serre tropicale », les TV années 30 et les commodes étaient d’origine, les plantes étaient bien en plastique, le chauffage nous permettait d’enlever nos doudounes, les lumières étaient allumés, les verres pouvaient être remplis contre monnaie trébuchante.
    Renouveler l’expérience ne me faisant pas tant que ça fantasmer, je ne retournerais bien sur pas dans ce lieu a moins d’avoir besoin urgemment de m’abriter de la pluie en passant aux alentours du 80 quai de Jemmapes.
    J’y ai pourtant passé un délicieux moment avec ma cavalière, merci à elle, elle a fait 99% du travail contre 1% grâce au lieu et au fond ça devrait toujours être le cas non? (#sortezlesviolons)

    Amicalement

    Jeunesse & Happiness

    Clyde

  27. Quand les parisiens cesseront d’aller en meute parés tous du même pelage, en même temps dans les mêmes lieux, les endroits en question abuseront moins sur leurs tarifs.

    A Paris le buzz fait de nombreux endroits des bouses.

    Si le comptoir général, et d’autres endroits, prenait le risque de moins plaire aux bobos/hipsters ou je ne sais quel engeance à la mode, et de plaire davantage à d’autres, il échapperait à cette tendance…

    Ce que j »ai aimé observer au comptoir général, c’est ce que deviennent les beaux sentiments d’ouverture et d’ong-isme lorsque ça se bouscule au zinc…

  28. ahhhh le comptoire général. J y avais construit un souvenir d une braderie vintage et d une cafetariat bon enfant. Le temps est passé. L étage a fermé la déco n a aucun sens. La propreté est comme les.meubles… D époque ! J y ai bu une douce infusion d hibiscus. Le.contenant de ce breuvage m a donné la gerbe. Ça aurait pu passer pour du fait maison. Infusé puis retransvasé dans d anciennes bouteilles en verre style tropicana recyclé. Niveau hygiene on repassera. Impossible de savoir depuis combien de temps la bouteille est ouverte. Si celle qui rempli votre verre n est pas la bouteille oubliee de la semaine d avant. J aurai aimé dire que le sourire de la serveuse a suffit à m oter toute crainte de salmonelle ou de moisissure mais il m aurait fallu je crois payer un supplement pour l.obtenir. Faut dire qu à notre époque tout à un prix. Malgré tout j ai trouvé le lieu formidable. Il y flottait un climat de retrouvailles d humour de douceur. Le lieu abritait en somme un Homme d une compagnie merveilleuse qui a lui seul suffit à me faire adorer le comptoire general.

  29. J’étais tombé par hasard sur ce site hier avant d’aller au Comptoir pour découvrir ce bar ayant 99% de bonne critiques partout.

    Parisachier est cité sur quelques forums et a l’air assez réaliste sur la plupart de ses constatations

    Après avoir lu ça j’ai eu quelques réticences mais j’ai décidé d’y aller quand même pour me faire une idée.

    Déjà, comme on dirait que la parano au facies et autre débat sur racisme anti-blanc fait fureur ces dernières années (« dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas » est d’ailleurs paradoxalement la citation la plus utilisée depuis un moment), je vais détailler vite fait celui de moi, client ce jour: jeune blanc non affilié aux sectes de la superficialité, un blouson pas cher, une capuche parce qu’il fait froid en cette saison, bref rien de bien pétant, plus orienté banlieusard un peu peaumé d’ailleurs.

    On était donc mercredi soir et.. beh les Hipster je les ai cherché, à croire que ceux qui ont rédigés ces critiques étaient dans le bar à côté et non pas dans le Comptoir ahah. Ici y avait de tout, des enfants, des gens plus vieux, des clients de 18 à 60 ans, mais à 100% le grand commun de la population de tous les jours que vous croisez dans la rue.

    Alors certes les gérants, serveurs etc peuvent paraitre un peu froid au premier abord, faut avouer qu’ils croisent des gens et des gens et des gens, en plus c’était période de vacance donc il y avait du monde et ils ont pas le temps de faire des compliments à tout le monde. Pour autant quand tu t’excuse en souriant d’avoir coupé la file d’attente que t’avais pas vu (parce que oui ça fait chier de se faire rappeler à l’ordre, mais ça les emmerde naturellement aussi quand les clients font n’importe quoi), bref après ça il te répond avec une petite blague en souriant et pose direct une bonne ambiance genre « ça roule mon pote ça arrive à tout le monde! ». Pas eu de problème pour rentrer, j’ai rien voulu payer à l’entrée et j’ai rien payé, et n’ai pas été embêté pour autant.

    Le vigile qui te dit bonsoir quand tu rentre et te souhaite une bonne soirée quand tu t’en vas.

    Bref, si quelqu’un ici a eu des problèmes dans ce bar, ça doit vraiment être soit un client excécrable soit un individu un peu parano sur les bords aussi, allez savoir. Après les serveurs et les équipes sont constitués d’êtres humains comme tout le monde, ils peuvent avoir des moments où ils sembleront moins aimable que d’autre, est ce que vous vous forcez à sourire tout le temps auprès de tout le monde vous? Arrêtons un peu l’hypocrisie, l’argent ne justifie pas tout.

    Seul point négatif, ils n’avaient plus de bières africaines, j’aurai aimé boire une Flag mais ils n’avaient que de la Licorne (qui bien que BIO est loin d’être d’Afrique ahah), cependant 6.50€ la pinte, c’est le prix bas de Paris. Faut pas se faire d’illusion, ici on est à Paris pas à Munich (pour ceux qui connaissent le prix de la bière en allemagne), encore ça serait de la Kro’ on pourrait gueuler, mais j’estime que c’est un prix pas excessif d’une bière sur la capitale (si vous voulez vous plaindre sur ce point allez plutôt dans les pub, Sullivan et autres chaines à l’attitude pour le coup bien superficielle, j’aime pas les excès de sourire perso [ouais c’est bizarre hein?], ça me donne tout le temps l’impression qu’on va essayer de m’arnaquer)

    Bref, j’y retournerai!

  30. Je suis tout à fait d’accord pour dire que le comptoir général est un lieu immonde, qui régorge d’hypochrisie : pourquoi ? parceque les bobo justement. Il n’y a que ces gens là, dépourvus de toute conscience civile, à qui l’on peut faire avaler, un concept marketing qui se camougle en pseudo-engagement socio-politique (les écoles en afrique, le ghetto museum, mon dieu !!!) En Afrique, pardon ! Mais il n’y a qu’à faire trois stations de métro et vous voilà en pleine afrique (Barbès, Château Rouge, etc) mais le bobo, lui, il prefère aller boir un cocktail au comptoir après shopping, tout en se donnant bonne conscience, puisque le comptoir construit des écoles en afrique, disent-ils, oui l’afrique au comptoir on la prefère car elle est lointaine, un peu retro comme dans les vieux albums de tin tin qu’on peut achèter aux marchés vintage avec pourquoi pas une belle chemise des sixties. Par contre l’Afrique la réelle on n’y met pas les pieds. Avez-vous jamais des africains au comptoir ? non (les serveurs ne comptent pas). Une dernière chose, si le comptoir général était une fondation sérieuse, publierait sur son site : les comptes rendus de ces fameux projets humanitaires, avec chiffres à la mains. Rien, pas de documents, comme par hasard. De toute façon, ils ne sont les premiers à utiliser l’humanitarisme comme outil de marketing, ça marche tellement bien avec les bobos dont l’ultra-conformisme au système consumériste réside précisement en se donnant une allure d’anticonformiste. Beurk, le comptoir général, beurk, un lieu pour des gens sans conscience historique et civile, sans rien dans la cervelle mais avec un goût exquis pour s’habiller.

  31. Cet endroit pue de la gueule et effectivement il y a un racisme sous-jacent, des prix prohibitifs et une ambiance bien puante de bobohypster. Dans le quartier on trouve PLEIN de bars moins chers, plus sympa que cette saloperie ethnico-communautaire du PS pour racler 3 votes et demi (avec le succès qu’on connait vu les dernières élections).

    • Je viens de comprendre : la clientèle pourrie de chez Prune va au comptoir général et gangrène les lieux.
      Le comptoir, pour celles et ceux qui savent qui est le propriétaire est tout simplement un des endroits les plus originaux du canal. Pour celles et ceux qui ne savent pas : cherchez.
      Allez un indice …. oh et puis non cherchez vous même. Toujours est il que Patrice est exceptionnel et serait déjà Commandeur dans l’ordre du mérite si je pouvais influer en sa faveur.
      Toute la bave vomie sur cet établissement est petite étriquée et sans fondement : heureusement que le comptoir est là , il sauve la réputation du quartier et l’altruisme solidaire est une valeur à laquelle je crois.
      Cet endroit devrait, à mon humble avis, être retiré de ce blog et devrait tirer à boulets rouges face contre Prune : feu !!!!!!!

      • Vous parlez comme scez prune serait l’exception bobo du quartier. Je vous signale que la population du canal est bobo au 95%. Deuxième chose j’aimerais bien savoir où réside l’originalité de cet endroit selon vous, mis à part la déco coloniale. Si vous avez, étant donné la proximité que vous exhibée avec «Patrice» (Patrice qui ?), des informations exclusives qui puissent prouver cet «altruisme solidaire» du Comptoir; publiez-les au lieu d’administrer des croix d’honneurs à droite et à gauche.

      • « Bobo », « bobo », « bobo », la chasse au « bobo » est ouverte! Voilà la mentalité du « commenteu de ce site », des chasseurs de gens. Un individu qui se plains d’un monde qui n’est pas comme il voudrait mais qui est surement paradoxalement à son image. Et franchement: « Deuxième chose j’aimerais bien savoir où réside l’originalité de cet endroit selon vous, mis à part la déco coloniale. » Vous avez vraiment un balai dans le cul en fait, à vous plaindre de tout juste pour vous plaindre.

  32. Je félicite Ven inlat de la solidité de ses argumenations. chez qui tout se resout au quelque chose dans le cul. Continuez sur ce chemin.

    • Cette argumentation est du niveau de la votre, à ceci près que j’ai au moins le mérite de ne pas dissimuler la teneur de mon discours derrière des formulations de maquillage. Je ne suis pas amoureux des belles façades.
      Gardez donc vos conseils dans votre valise pleine d’arrogance.
      Bisou bisou

  33. Inviter Falcone à prendre un verre quelque part, vous expose :
    – à avoir honte,
    – devoir justifier aux gens normaux, qu’en fait on le connaît pas,
    – payer, car il n’a pas un rond,
    – écouter une loghorrée digne des croix de feux,
    – se rendre compte que ce type est vraiment stupide.

    Alors que faire ? L’écouter et le lire car

    « Passer pour un idiot aux yeux d’un imbécile est une volupté de fin gourmet. »
    Georges Courteline

  34. – Logorrhée – que Falcone me bave dessus avec son haleine putride d’avoir écorché ce mot, pour ne pas dire massacré, le mot bien sûr , pas Falcone !!!!

    Bisous bisous Falcone !!!

    • Chers messieurs ou mesdames, Insulter n’est pas argumenter, je pourrais moi aussi vous insulter à plaisir et attribuer des qualités supposées à des gens que je n’ai jamais vu. Mais je m’abstiens, ça serait vraiment trop facile, c’est ce qui fait toute la différence entre vous et moi.

  35. Falcone :  »Insulter n’est pas argumenter  ».

    Certes, certes, je n’en disconviens pas. Votre absence de lucidité vous permet d’oser l’incroyable ! Le brillantissime Audiard disait d’ailleurs que c’est à cela qu’on les reconnaît …. Car, ils osent tout !!! Et vous en êtes, visiblement, aucun doute là dessus.

    Mais, revenons sur votre assertion  » insulter n’est pas argumenter  ». A toi Gnome chaland, infâme prétentieux aux accents nauséeux d’une vie terne et repoussante, où donc avez vous initié ne serait- ce que le commencement d’une bribe argumentaire depuis votre allusion anale si délicieusement suggérée ?

    Vous couper la chique ne fut qu’un menu frotin. Aux lions !!

  36. Ce bar est à l’image du service à Paris : des serveurs et serveuses imbus d’eux-mêmes au regard dédaigneux, incompétents qui plus est. Pour vivre la moitié de mon temps à Ouagadougou et avoir beaucoup voyagé en Afrique de l’Ouest, jamais vous n’y rencontrerez des gens aussi odieux et peu généreux qu’au Comptoir Général. Mon fils de 4 ans a renversé sa grenadine payé une blinde après avoir été bousculé devant la serveuse, elle ne lui en a même pas resservi une et c’est limite si elle n’a pas appelé le videur. Mieux : à l’époque ou j’y suis allé l’espace jeux aménagé près de la bibliothèque est interdite aux enfants ! Regard noir quand les gosses s’approchent des jouets.

    Le pire c’est que le lieu est beau, quel gâchis. J’habite à côté, après plusieurs tentatives, je boycotte.

  37. Accueil effectivement très désagréable, voire carrément odieux (nous occupions une table afin d’être assis avec 2 amis handicapés) le responsable de la partie restaurant a essayé de nous déloger de façon très agressive par 2 fois. Lorsque pour mieux lui faire comprendre nous lui avons montré notre carte d’invalidité, il n’ a pas pu s’empêcher de soupirer. Quel accueil…Les boissons sont tout de même assez chères :entre 10 et 14€ les cocktails assez peu réussis (et servis par des barman aussi désagréables que le responsable), assiette entre 13 et 18€….on est loin des prix raisonnables que le comptoir lui-même défend plus haut. Grosse déception pour ce lieu que j’affectionnais pour l’espace et le fait que l’on est pas les uns sur les autres.

  38. je précise que nous consommions assez largement lorsque l’on a essayé de nous déloger, il ne s’agissait en rien d’une occupation de table sans consommation. Nous en étions à la 2 e tournées de cocktails et nous étions 4 personnes.

  39. L’ambiance n’est pas anticoloniale, mais néocoloniale. A la faute de préfixe près, ce qui est écrit est VRAI. Il faudrait aller voir le Dirty Dick près de Pigalle aussi. Insupportable. Il y a une veine dans le genre qui se développe. Il faudrait la couper à coup de mots acerbes comme vous en avez, Alf.

  40. Bon, jhabite a coté depuis 8 ans et jy avais jamais foutu les pieds. j’ai rejoint des potes qui faisaient un brunch un dimanche. vers 15h30..
    alors.. le lieu est vraiment beau. c’est pas naturellement cool, chaque détail est pensé, mais peu importe. le charme du lieu est indéniable.le keumé a l’entrée qui te saoule pour mettre de la thune dans un pot.. mouais.. j’ai mis plein de petites pieces rouges qui font plein de bruits pour faire genre.. ensuite,je vais avec ma copine pour rejoindre mes potes, une serveuse me demande si nous voulons bruncher.. on répond que non, elle nous répond que si on ne prend pas le brunch (22 euros sic ) on ne peut rien boire ( c’est quoi ce bordel? surtout qu’en passant dans une autre salle on peut boire ce que l’on veut) . bon on se ballade on va partout en haut en bas.. a gauche a droite. meme au milieu.. et ouais c’est super beau. on a meme essayé une superbe veste en cuir a 499 euros.. oui oui..
    y’a un mix de serveurs gentils et de serveurs cons.. un peu comme partout. mais quand meme plus ici qu’ailleurs. etant barman egalement, je suis assez sensible a la notion de service.. bon pour etre honnete j’ai pas vu des choses incroyables.. juste un peu de suffisance.. on a pris deux verres de jus de fruit et un expresso et un creme. bam 14 euros.. 3 serveurs qui me demandent si on s’est deja vu ( en meme temps un mec avec une barbe et un bonnet et une chemise a carreau….) en fait j’ai surtout trouvé les meufs qui tafent ici insupportable. les autres ca allait.musique agreable.
    alors bilan

    lieu vraiment joli, on s’y sent bien.
    personnel bof. je prefere des gens moins sappés mois hype mais plus détendus et pro..

    cher
    a 200 metres de chez moi donc cool ( ouais ca vous vous en foutez heinh)
    b
    je ne reviendrai surement pas.ou peut etre vite fait comme ca.. mais le probleme c’est que ca m’inspire rien. c’est cool mais sans plus.j’ai l impression d’etre dans un énieme endroit comme a londres ou berlin ou tout autre lieu hipster. meme musique meme conversation memes stan smith, meme centres d’interet.

    le probleme c’est pas le lieu mais les gens. moi y compris surement. ma meuf Lettone beaucoup moins blasée a adoré..

  41. Le problème avec ton article (bon, pas le seul, car globalement, il est à vomir, comme tous, d’ailleurs), c’est ce que ce bar n’a rien d’anti-colonial. Il est carrément pro-colonialisme. Il a été fondé par deux hommes blancs, de bonne famille « qui se rencontrent à 6 ans, dans un quartier parisien entouré de cités et de gitans, qui découvrent le rap et les cailleras et deviennent accro à l’art du ghetto. » Et ces deux hommes ont évidemment que des employé-e-s (serveuses/eurs, djs, restaurateurs/trices, portiers) noires pour être l’image du bar, alors que tout le reste est dirigé par ces deux mecs là et qq autres blancs. Bref, t’a visiblement pas fais tes recherches avant de faire tes suppositions de facho, ouais.

    Et le personnel, c’est peut-être le plus adorable de ce quartier ultra-hipter-bobo-blanc. Sûrement le plus exploité aussi.

    C’est la première fois que je tombe sur ton « blog », justement en faisant des recherches sur le CG. Mon dieu. Ta vie doit vraiment être triste.

  42. Je ne sais pas sur le prit, mais je suis 100% daccord avec -J’ai même vu un petit blanc se voir refuser l’accès au bar par un grand noir musculeux, ravi de montrer qu’il a le pouvoir´´ Je sors que normalement dans des enrdroit de dance, et je avoir vecu dan plusier payes, je ne pas la habitude que pour etre une homme, ou dans ce cas 2 amie, de ne pas pouvoir rentre dans un bar..cest discrimination pure, peu import que cest tres accepte dan votre societee…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s