Studio Bercot

 studio bercot
Adresse : 29 Rue des Petites Écuries 75010 Paris

Téléphone :

01 42 46 15 55
Ceci est une école de stylisme. Oui apparemment, certains ne reculent devant rien. Je ne m’étendrai pas sur l’absurdité du concept de l’école de stylisme, ni sur l’hypocrisie des professeurs ratés qui y « enseignent ». Comment peuvent-ils penser qu’ayant manqué leur carrière, ils pourraient réussir à enseigner?
La dégaine des jeunes fumant leur clope devant la porte de l’école prouve la pauvreté de l’enseignement de l’école. C’est un festival de mauvais goût, on en dégueulerait par terre, à noyer les pigeons. Ces prétentieux iront quémander un stage chez Jean-Paul Gauthier, dans l’espoir de suivre Lagerfeld chez Chanel, mais les meilleurs d’entre eux finiront vendeur chez H&M.

Qu’on leur plante des aiguilles à tricoter dans la moiteur de leurs orifices.

Publicités

37 réflexions sur “Studio Bercot

  1. Excusez moi mais vous etes qui pour vous permetre d’ecrire ce genre de choses, haaaaa que c’est sympa de balancer vos anerie scathophile. Ayez un peu de respect vous verez ca n’a jamais tué personne, et on est bien plus heureux apres…

  2. Avez vous, ne serait ce que traîné devant une école d’archi , d’art , de littérature ? Tous les élèves sont habillés à leurs façons et cela ne découle pas de l’enseignement donné. Ils sont des créatifs , des gens qui vivent , et s’expriment avec leur personnalité .
    Je ne vous apprendrais peut-être rien mais en MODE , en tout cas , ON NE DIT PAS C’EST MOCHE , mais plutôt ce n’est pas à mon goût , car des goûts et des couleurs , on ne discute pas.

  3. @lol, merci, y’a rien de plus à dire. Ce billet est stupide. Un établissement commercial oui, mais une école… Change de rue, vas prendre l’air, pète un coup

  4. Ancienne de l’école ou juste t’as pas les moyens de la payer?! Pour être aussi rageuse, j’aimerai bien connaître tes raisons pour lesquelles tu craches autant dessus!! Mais en même temps j’en ai rien à foutre, je crois que tu devrait vivre au fin fond de l’Ardèche et fuire cette mégalopole qui te rend complètement idiote 🙂 !

    • @Parigote quel beau discours « tu n’as pas assez d’argent pour te la payer », saches qu’il vaut mieux avoir assez d’argent pour se vêtir correctement plutôt que de payer une école et s’habiller comme un plouc.
      Un ancien élève 😉

      • Pas besoin d’avoir un look particulier, déjanté,..pour être styliste!
        J’ai fait cette école, et je m’habillais comme je pouvais! Il suffit de choisir les bonnes pièces. En fripe ou autres! C’est tout !
        Signée une ancienne élève pauvre !

  5. voici une belle preuve de frustration et de haine, mon cher vous devez vraiment vivre dans un ennui sans nom pour en vouloir autant à des personnes à qui vous n’avez jamais adressé la parole. je ne sais pas si vous avez la notion de tolérance et de curiosité envers la différence….. enfin sachez que je suis étudiante à bercot et que je ne suis pas simplement une étudiante en stylisme mais aussi une personne à part entière avec une personnalité que cette école de fait que stimuler positivement de jours en jours… cela dit en passant je pense que votre problème est que vous n’avez pas de personnalité et visiblement aucune passion pour être si…. petit, j’ai un peu de peine..
    voila le lien d’un psychologue : http://www.psychologue-a-paris.com/326-presentation.html?src=AdWords&medium=PPC&campaign=PsyParis&N

  6. Tu dois vraiment t’emmerder dans ta vie pour passer ton temps à écrire des bêtises de la sorte. Quand on est pas capable de comprendre l’importance d’une école comme le Studio Berçot, on est incapable de comprendre le bon goût. Tu parles d’un milieu que tu ne connais surement pas. Ou alors tu as tenté ta chance dans la mode et échoué, dans tous les cas pour en arriver là tu as surement raté quelque chose dans ta vie. En fait je te plains plus qu’autre chose.
    PS: Quand on écrit un article, il vaut mieux se renseigner, et si tu l’avais fait tu te rendrais compte que grand nombre des anciens élèves de Berçot travaillent actuellement dans des grandes maisons de couture.

    Bien à toi

    • Quelqu’un a dit un jour :
      « Le bon goût est l’ennemi de la créativité »
      Tu trouves normal de rejeter des élèves, parfois tout juste sortis du bac, parce que le short de leur collection n’est pas de la bonne couleur ?
      Je veux, dire, dans la FORME, tu trouves normal de se penser supérieur au point d’écraser des élèves qui te payent pour avoir un toit sur la tête et à manger ?

  7. C’est dommage ce site aurait pu être drôle , encore aurait-il fallu que les billets rédigés aient un peu d’esprit, et que ces derniers ne transpirent pas l’aigreur. Votre manque de vocabulaire et de formules efficaces ne font que révéler votre indigence. Vous devez être bien complexé pour déverser de manière aussi médiocre votre fiel et je déplore pour vous le temps que vous avez à perdre pour dénigrer autant sans rien connaitre les lieux que vous diffamez.
    Finalement ce blog est à l’image de son titre « A Chier »…

    PS: le dictionnaire des synonymes peut-être une piste pour élargir votre champs lexical.

    Bien à vous très cher Crétin.

    Un Ami qui vous veut du bien.

  8. Je vous aime. Tout est résumé en si peu de mots.
    La photo exprime tout le merdique de cette école, 10 000 euros l’année.
    Oui, 10 000 euros. Ils n’ont pas été capable de réparer la cuvette des chiottes en 1 an.
    Si vous n’avez pas encore compris, c’est une énorme arnaque. JE REVE qu’un journaliste mène une enquête incognito, camera caché au poing. A bon entendeur…
    Une ancienne élève qui s’est bien fait baiser.

    • Faut pas le nier,
      Le studio B est une bonne école pluri disciplinaire cependant,
      Payer 10000€ pour étudier dans un open Space aussi mal agencé, lors des travaux sur table, être entassé les uns sur les autres, se casser le dos avec les tabourets, courir après les profs de couture ( première année 4 profs pour env 120 élèves), regarder des images sur projecteur sans aucuns supports, se faire traiter comme une merde par la directrice, pleurer, douter, limite abandonner en cours d’année, ne pas être sélectionner pour l’informatique.
      Juste pour vous dire qu’il faudra qu’elle s’accroche, je critique beaucoup mais j’ai appris beaucoup de choses et sur moi grâce à cette école, L’organisation, la rigueur, la discipline, voilà ce que je pourrai dire!

    • Je crois que vous devez lire surtout les commentaires qui sont des expériences de cette école et non pas seulement des avis. Il y a bien longtemps que j’ai quitté Berçot mais Marie Rucki, elle, y est encore! Et peu de choses des fondamentaux ont du changer depuis mon époque, hormis les professeurs bien sur. C’est un établissement très « parisien », qui n’échappe à aucun des clichés sur le monde de la Mode. Les cours dispensés chez Berçot sont presque moins importants que le carnet d’adresse que l’on doit s’y faire lorsque l’on a la bonne étoile d’être « soutenu » par un des profs. On y travaille beaucoup dans cette école, c’est une vérité. Les cours pratiques y sont plutôt bien enseignés si l’on est dans les bonnes grâces d’un des profs mais ça ne fait pas tout. Il faut avant tout, communiquer et tous les moyens sont bons: séduction, intégrer le bon clan, flatter, beaucoup sortir afin d’avoir beaucoup de choses à raconter quitte à fabuler parfois, bref se faire (outre son talent potentiel) remarquer, se vendre. Savoir résister aux jalousies des autres élèves. Il s’agit donc d’une rude école de la vie, et surtout de la vie parisienne. Quoiqu’il en soit, il faut savoir que 80% des élèves sont admis pour financer l’école, 10% traîneront vaguement leurs guêtres de show-room en show-room, de stages en stages illusoires avant d’oublier leur rêve de mode, 5% trouveront de petits postes dans les bureaux de style de grandes enseignes, 3% tenteront de créer leur ligne de couture puis feront faillite et enfin 2% perceront vraiment dans les hautes sphères de la mode.

      • Très Très fine analyse! Je suis passé par Berçot en 81 & 82, (un baille) les années Palace, et c’était absolument ça!! J’en ai tiré une brillante carrière dans le sentier parce que j’étais bosseuse et que c’était d’autres temps… J’y ai gagné bcp d’argent, bien ri et voyagé. Maintenant je bricole mes collections en province et en Asie et vis sereine, loin des mascarades. Je ne me rappelle pas avoir appris quoique ce soit à Berçot à part l’humiliation et l’impression d’être transparente (alors que j’ai toujours eu l’impression de sortir du lot…). Les deux ou trois survivants de cette époque, qu on peu parfois voir fugitivement, sont Vincent Daré, Marthe Lagache,… Eva Ionesco est vaguement passé en cours, gratuitement, pour faire le buzz 😉 Il en reste deux ou trois dans les rédactions de presse et autant dans le sentier….

  9. La description environnementale des locaux de l’école est un peu glauque mais objective. Mais faut-il vraiment être à Saint-Germain ou avenue Montaigne pour donner de la crédibilité à une école? Moi, je dis que non. L’approximation, le système-D, le retranchement discret dans un quartier populaire, des locaux vétustes, du matériel insuffisant…ont toujours été le propre de la vraie créativité.
    Je peux me permettre d’en parler ayant été élève du Studio Berçot dans la première moitié des années 1980. La grande époque de l’école. Je suis de la promotion Berçot du défilé de la Villa Médicis à Rome. Ou mes deux modèles sont passés sur le podium. Sur les deux années d’études, j’ai décidé de ne pas achever le dernier semestre. La directrice m’a reçu en entretien, je lui ai exposé mes resserves et mes déceptions, sur mes capacités et sur mon ressenti des cours. De son ton ferme mais attentif et rassurant, elle m’a tout de suite dit  » écoutez, s’il s’agit d’une question de financement, je vous offre ce dernier semestre, vous avez des capacités, vous devez rester ». Marie Rucki est une vraie mécène, philanthrope, dénicheuse de talents, une sincère amoureuse de la Mode. Je suis tout de même parti. Pourquoi?
    Je rejoins un peu le commentaire de Olympe ci-dessus.
    Mais je serais un peu plus féroce qu’elle concernant l’ambiance des cours et le réel potentiel des professeurs (même si nous n’avons pas eu les mêmes et que certains des miens sont devenus très célèbres).
    Il y avait une atmosphère quelque peu superficielle. Le grand nombre d’élèves pour un effectif restreint d’enseignants portait beaucoup d’élèves à une surenchère d’extravagances pour s’attirer l’attention, parfois, bien mal acquise des profs.
    Mon époque était celle du groupe mythique Eurytmics, le retour en grâce d’Audrey Hepburn, la Nième émergence de Marilyn Monroe… Le cours foisonnait de pseudo sosies d’Annie Lennox, d’androgynes à la Hepburn, de plantureuses Marilyn du Marché Saint-Pierre…
    Malheureusement, si votre petit look ne séduisait pas, vous n’aviez aucune chance d’être suivi consciencieusement dans votre travail par quelqu’un. Moi et d’autres également, passions des journées sans le moindre support technique, sans la moindre intervention formatrice des enseignants. L’effervescence, les piaillements, les coups d’éclat, les excentricités gratuites seuls attiraient le bon vouloir de l’équipe d’encadrement.
    Je réalisais donc les patrons, le montage, les essayages de mes prototypes pour la Villa Médicis seul, avec trois amies de l’école. Ironie du sort, quelques jours avant le grand départ collectif en train pour Rome, un des prof après le cours, vint s’asseoir à coté de moi, une sorte de cours individuel. Conscience professionnelle? Remords? Subite découverte d’un modèle intéressant? Ce même prof, à Rome, quelques heures avant le défilé voulu me parler. On discuta, sans impact sur moi. Le défilé eut lieu, à Paris, la revue de presse que l’on nous distribua, me fit découvrir en photo mes deux modèles dans Libération, Interviews… Cependant, je pris ce rendez-vous avec la directrice.
    Alors? Berçot or not Berçot?
    Berçot biensur!
    C’est l’école qui prépare le mieux ceux qui un jour deviendront les jeunes créateurs de demain. Cependant, il faut savoir que comme tout ce qui touche l’industrie du luxe, il y a une large part faite dans cet établissement au superficiel, aux accointances aléatoires et calculées, à l’apparence, aux amitiés souterraines, aux dictâtes de la futilité, aux jardins secrets des petites préférences, au snobisme, au parisianisme élitiste. Mais n’est-ce pas justement tout ce qui fait ce monde cruel, arriviste et éphémère de la Mode?
    Si je ne suis pas resté c’est que je n’avais certainement pas la trempe pour batailler dans ce monde, mais aussi, parce que au sein de cette école, ceux désignaient pour me rendre résistant n’ont pas rempli leur mission.
     » écoutez, s’il s’agit d’une question de financement, je vous offre ce dernier semestre, vous avez des capacités, vous devez rester ».

    • @Olympe et Yann Yanos : Waouwww ça fait un bien fou de lire vos témoignages…je me sens moins seule. J’ai choisi cette école en priorité pour développer ma créativité et mes projets personnels. Je n’ai pas les mêmes ambitions que la majorité des élèves qui rêvent de devenir directeur artistique de…etc. Pour ceux qui se posent la question de s’inscrire ou pas, voici mes impressions : quasiment tous mes camarades s’y sont inscrits car séduits par le charisme de Marie et la formation courte 2-3 ans. Mais ce n’est plus vraiment Marie qui dirige. C’est Anne. Notez d’abord qu’en plus de 11 500€/an, il faut prévoir environ 200€-250€ chaque mois pour le shopping fournitures, imprimerie, sorties musée etc… Si si c’est énorme… + machine à coudre + stockman. Alors, pour les coquetteries, vous comprenez qu’on est trop fauché, tout notre argent passe dans les fournitures. + prévoir budget repas car on ne peut pas manger sur place, pas de micro ondes etc. Prévoir 8€ en moyenne le Dej dans le quartier.

      Pour la pédagogie générale : bcp d’arts plastiques et de travail en recherche perso. Au début je me disais à quoi ça servait j’avais l’impression d’aller en maternelle mais j’avoue que c’est très utile. Le rythme est très intense. Il est nécessaire de bien savoir dessiner car bcp se font casser à cause de manque de maîtrise.
      Les cours de couture et modelage sont très bien dans l’ensemble. Tricot, tissu etc sont très bien aussi.

      Pour la politique :

      Oui il y a du favoritisme…comme partout. Les favoris sont souvent ceux qui ont eu une formation artistique avant. Du coup, ceux là sont plus armés, ont de l’expérience et produisent du travail qui plaît aux directrices. Oui, j’ai bien dis plaire. Les couleurs etc… Mais je m’incline car c’est la réalité ils font du bon boulot. Elles s’en fichent du comment et combien de temps on a bossé etc…c’est le résultat qui compte. Et les meilleurs sont ceux qui ont la méthodologie. Et puis il y a les chanceux et les malins.

      Les moins expérimentés ne sont pas abandonnés. Il y a le travail sur table. Le souci c’est que tous les profs n’ont pas la même version du coup on s’y perds.

      Ceux qui ont eu une formation couture avant, ça ne sert pas grand chose car ils privilégient la créa et le dessin.

      Bon je vous épargne d’autres profils…

      Les profs en général sont plutôt cools même s’ils affichent une apparence froide ( certains ne sourient jamais ) et parfois vous pouvez tomber sur un prof bi polaire et là je peux vous dire que vous avez envie de fuir et tout claquer car c’est la limite du harcèlement et agression psychologique. Sinon, j’ai vu bcp de camarades pleurer, tomber dans les pommes etc. C’est normal ils font exprès pour filtrer. Bcp se font engueuler grave et parfois jusqu’à l’humiliation. Si si. Vos travaux qui sont jetés en l’air devant 100 personnes etc etc… Du coup on est moins bcp nombreux des le 2nd trimestre, vous comprenez pourquoi. Bcp sont braqués et démotivés. Et je plains les provinciaux et étrangers loin de leur famille…qui se sentent très seuls.

      Perso, je ne suis pas convaincue par ce type de méthode d’enseignement soi disant que le milieu de la mode est féroce. C’est pas vrai. J’ai pleins d’amis qui bossent dans ces milieux et ils ne sont pas superficiels et inhumains. Je suis plus pour l’encouragement et la motivation dans l’enseignement.

      Par rapport aux équipements etc … C’est pas la Martin’s College mais dans l’ensemble c’est très correct. Autant la deco on peut s’en passer mais c’est l’équipement qui est à ameliorer. Pas assez de stockman, de tables etc…

      Pour conclure, je dirais que c’est bien pour découvrir l’univers du stylisme, apprendre les méthodes de développement créativité mais c’est pas suffisant comme enseignement pour devenir un styliste et pour trouver un poste de styliste à la sortie d’école.
      Aujourd’hui les bureaux de style et maison de couture demandent une maîtrise en logiciels informatiques en priorité, et ça Studio Bercot, bien qu’ils affichent cette initiation dans leur programme n’est pas du tout en mesure de le proposer ils n’ont pas les personnes compétentes. Studio Bercot privilégie plutôt les vieilles traditions d’enseignement. De plus concernant les stages, désolé mais très peu d’offres intéressantes et faut pas rêver, pas dans les grandes maisons de couture, qui choisissent plutôt les autres écoles ai je entendu dire.

      Bref, oui + de 30 000€ ( 11 500 + le reste x 2 ans ) c’est bien trop cher et pas sur de les amortir.

      Et bonus : oui tout le monde est très mal fringué en général, je le confirme c’est vrai, les profs y compris ( excepté peut être 1 ou 2 mais c’est tout).

      Est ce que je regrette ? Non. Mais si j’avais à rechoisir, je choisirais ailleurs. Ça manque de modernisme et pas l’impression que ça fasse parisien du tout.

  10. @Julie.
    Très juste description de cet établissement, nos commentaires se complètent. Il faut dire que mon passage chez Berçot au tout début des 80’s fut la grande époque de l’école. Marie venait tout juste 10 ans avant de reprendre le cours de Madame Berçot, Marie y était la Madonne, le Majordome, le Pygmalion. Nous étions encore loin de l’ère Internet et de l’informatique et cet enseignement classique était tout de même très avant-gardiste et si, si, si, lol, Berçot correspondait à cette époque à une mouvance très « parisianiste » de la création textile. Les influences n’étaient pas YSL, Dior, Chanel…Mais Claude Montana, Kenzo (qui débutait), Azzedine Alia, Thierry Mugler…Il y avait un parti pris très snobinard de rejeter les gens de la Haute-Couture^^. Par petits groupes désignés, nous nous devions d’assister au nuits des Bains-Douches, du Palace, du Privilège, du Balajo^^, assister aux soirées de l’agence Elite. Si, si^^ du parisianisme. Mais visiblement à ce que je lis 20 ou 25 ans plus tard bien des choses avaient changé.
    Pour terminer sur le sujet, je dirais (puisque tous croisions ou avions des amis dans d’autres écoles) …Que bien des années plus tard, j’ai constaté que mes connaissances ayant fait des études à la Chambre Syndicale de la Haute Couture ou chez Esmod ont plus intégré les filières du textile ou de la Mode que ceux de la même époque qui avec moi avaient choisi Berçot.

    • @yann : Ah la vache ! Mais c’était cool à ton époque ! La vraie vie de styliste ! C’est ça que j’aurais voulu vivre… Non, malheureusement c’est plus du tout ça.

    • Yanis devait être très beau! Pour le reste du troupeau le piston s’arrêtait à habilleuse
      sur les défilés Chloé, JPG, Montana…. c’était déjà sympa… payé 500 francs, c’était bcp pour claquer au Marché St Pierre! 😉

  11. @Yanis
    j’ai tout de même l’impression que tu parles de cette époque avec une pointe de mélancolie… As tu finalement abandonné le monde de la Mode ?
    @ Julie
    Apparemment nous sommes arrivées à la mauvaise période ! Tu as fait les deux années ?

  12. @Olympe@Julie
    Je ne peux pas vraiment dire si c’était la bonne ou mauvaise période?^^ne connaissant pas ta période. C’était le Berçot de l’âge-d’or en tous cas! Nostalgique ou mélancolique? Certainement un peu car comme beaucoup de jeunes, moi et mon entourage avions casser nos tire-lires pour que je puisse intégrer cette école. Mais je ne supportais vraiment pas l’atmosphère.
    Comme je l’ai raconté plus haut, Marie Rucky était disposée à fermer les yeux sur le financement de mon dernier semestre, Thierry Colson l’un des profs (devenu célèbre depuis) semblait devenir plus attentif à mon travail mais, non. Rien à faire je voulais partir.
    Je ne suis pas resté longtemps dans le désarroi, grâce aux méandres du carnet d’adresse que je m’étais bonant-malant constitué, j’ai frappé à la porte d’un atelier de costume de théâtre « Ofithéa » (disparu depuis) qui m’a accepté comme stagiaire.. Et là, j’ai vraiment découvert un monde artistique extraordinaire! Beaucoup plus créatif, plus cultivé, loin des contingences mercantiles et futiles de la Mode. J’ai appris le costume ancien au milieu de chefs tailleurs ou de flou, chevronnés. Parmi, les petites mains, les arrivages des rouleaux de tissus fabuleux! Je n’apprenais plus à devenir un hypothétique nouveau J.P Gautier mais j’apprenais à tailler une redingote romantique, une robe à crinoline. Une ambiance feutrée bien que pleine d’effervescence^^, la solidarité d’un atelier ou le travail de chacun contribuait au résultat final. J’étais souvent assigné aux finitions et passait des heures à coudre des baleines sur un col, des brandebourgs sur un uniforme de hussard, à finir l’ourlet d’une robe à tournure, mille petites choses qui m’ont vraiment appris un savoir-faire de couturier. Au lieu de m’ennuyer au Balajo, je lisais des bouquins anglais sur le costume ancien, je visitais le musée du costume rue Pierre 1er de Serbie, j’apprenais à reconnaitre un shantung d’une indienne, un taffetas d’une faille, un batiste d’un linon… Etc. Après cela, je suis rentré aux ateliers du théâtre du Chatelet. Je travaillais pour les grands marchands de poupées anciennes en restaurant ou reproduisant à l’identique des habits de poupées. Bref, Je n’avais vraiment rien à faire chez Berçot^^. Je me souviens en rigolant maintenant, lol, du contraste entre ces deux mondes^^…Lorsque j’arrivais tôt le matin à Berçot, en métro, en entrant dans le cours, c’était des réflexions du genre  » quoiii??? Tu n’as pas été à l’anniversaire de Catherine Deneuve au Privilèèègeee!!! » MDR ou  » putain tu portes encore kouros de YSL!  » ou  » tu sais que ce serait bien que tu change ton look de merde , en ce moment pour les mecs c’est vintage! si tu veux aux puces il y a tout pour te créer un look Montgomery Clift!  » MDR. C’était en tous cas pour moi insupportable toutes ces conneries alors que j’étais à peine réveiller et qu’on ne prenait même pas la peine de me dire bonjour^^. Dans le costume de théâtre, c’était un travail harassant mais pendant les pauses, les tailleurs en chef parlait des films qu’ils avaient costumé, conseillaient des bouquins, me parlaient de Visconti, me faisaient visiter la réserve de l’atelier en mêlant anecdotes et conseils pratiques. Lors de ma candidature comme stagiaire chez « Ofithéa » la directrice me dit  » ouiiiii je sais, ne dites rien! Vous les jeunes vous rêvez tous de faire du flou! Habiller Sissi Impératrice ou Cléopâtre! Moi, ici j’ai besoin d’un taileur, c’est à prendre ou à laisser » MDR. Je suis donc devenu tailleur pour le théâtre^^.

  13. J’ai du mal à comprendre toutes ces personnes qui passent autant de temps à dénigrer Berçot. En même temps c’est toujours pareil,ce sont les gens qui sont furieux qui ont besoin de jeter leur aigreur à la face du monde, en revanche ceux qui sont satisfait ne passent par l’essentiel de leur existence sur internet pour trouver des forum sur lesquels balancer toutes leurs frustrations.
    Perso je suis élève en 2ème année , oui c’est une école exigente oû l’on bosse comme des dingues , non les locaux ne sont pas horribles, et les profs qu’est-ce qu’on s’en fout qu’ils soient souriant ou pas! ils sont pas là pour être tes potes, ils sont là pour te pousser dans tes retranchements et aller le plus loin possible, c’est vraiment débile de dire ça et c’est vraiment ne pas avoir compris à qui vous avez eu à faire. Ayez un peu de recul , en ce qui me concerne au début je trouvais les profs intimidant mais rapidement quand on à un peu de second degré on se rend compte qu’ils sont plutôt cool et pas malveillant du tout.
    Car qu’est-ce que vous attendez d’une école, vous vous plaignez que vous avez payé trop cher mais qu’est ce que vous voulez? Vous préférez que l’on vous caresse dans le sens du poil uniquement parce que vous payez , en ce qui me concerne je préfère qu’on me dise la vérité même si parfois c’est dure à entendre. Justement c’est une chance de tomber sur des gens qui sont honnêtes avec leur vision des choses et qui te disent leur vérité après on est pas obligé d’être d’accord avec eux. Enfin c’est en se remettant en question que l’on peut progresser , (et puis renseignez-vous un peu mais Berçot est l’une des école de mode les moins cher.)
    Enfin tout ça pour dire qu’en ce qui me concerne j’adore Berçot et je suis pas le seul, tout ceux qui n’ont pas décroché parce qu’ils n’était pas fait pour ça, sont du même avis.

    • @IT
      Et bien tant mieux si tu as une expérience enrichissante sans encombres. Mais laisse les autres parler de cette école en négatif ou pas.
      Il est certain que la vie est plus cool quand c’est maman papa qui ont déboursés les 11000€ Ainsi que les dépenses en fournitures… Non ?

      En comparant les autres écoles de mode ce n’est pas la plus abordable. Et moi même qui a visité les autres locaux des concurrents, Berçot est vétuste.
      C’est bien tu as pleins d’étoiles dans les yeux, mais ce n’est pas parce que tu as écris Berçot sur ton CV que tu trouveras facilement du boulot !
      Les stages ils les donnent qu’aux meilleurs.
      Ton discours me fait penser aux lèches cul d’étudiants que j’ai pu voir!
      Certains ont dû arrêter certes par manque de courage, et de motivation mais d’autre par soucis financiers ou autres.
      En deuxième année on se sent plus fort, plus prétentieux. Parce que MOI je serai le futur styliste… Désillusion, il te reste encore beaucoup de travail pour trouver ta place.
      Alors je te souhaite bon courage et garde la Niac

      • A quel moment j’ai dis que c’était mes parents qui finançait mes études?
        Je paye moi-même cette école! j’ai bossé plusieurs années parallelement à mes études afin d’obtenir mes diplômes et d’économiser pour me financer moi-même. Encore la preuve qu’il y a tellement d’individus comme vous remplis de jalousie et pleins de préjugés.
        C’est pas parce que vous n’avez intéressé personne au sein de cette école qu’il faut être aussi revanchard.
        J’imagine que vous allez de nouveau me répondre à travers une tirade qui se veut humiliante , car je suis certains que vous êtes le genre de personnes qui n’a que ça à faire de regarder ce forum pour y déverser des choses négatives.
        Qu’importe !
        En tout cas on à hâte avec mes potes de voir de nouveau les nouvelles amabilités gratuites que vous balancerez sous un nouveau pseudo comme tout lâche qui se respecte.
        Et petit conseil , allez jeter un oeil dans un dico pour vous renseignez sur le sens du mot vétuste.
        Bonne continuation le frustré de la vie!

      • Merci de ton conseil jeune homme.
        Pour ma part je fais parti des personnes qui ont réussi grâce à Anne, donc tes commentaires me touchent pas du tout.
        Je te souhaite de réussir ( encore une fois)

      • Ah parce-que tu connais des écoles oû ils donnent les stages qu’aux mauvais élèves?
        Je veux des noms!!!
        Sérieusement, comme si ils allaient envoyer tous les élèves les plus paresseux et les moins motivés.
        En tout cas en ce moment je prospecte pour démarrer un cursus dans une école de mode, j’ai déjà passé plusieurs entretiens dans différents établissements dont Studio Berçot, chaque école est très différente que ce soit les locaux ou l’atmosphère.
        J’ai visité les locaux mais je les ai pas trouvé du tout vétuste, peut-être que ton expérience là-bas remonte à quelques temps et que les choses ont changé?
        En tout cas ce qui est très instructif c’est de discuter avec les élèves à la sortie des cours, c’est ce que j’ai fait à la suite de chacun de mes entretiens.
        Et la manière dont les élèves de Berçot parlent du cours m’a plutôt donné envie.
        En tout cas ce n’est pas à travers les forum que l’on peut se faire une idée, les avis sont trop divergents et virulents.

  14. j ai fais 2010/11…
    les cours de de style ne valent rien, de créa text n en parlons pas, la couture est un métier étranger à cette « école » et ils forment des stylistes qui n en sont pas , qui n ont aucune idées du vètements (montage et conception + production) ET bien sur en arrivant en première année ils vous encourage à faire des teufs des merde dans des endroits de merde avec des gens sans cultures sélectionné grace au salaire de papa.

    JE DESCONSEILS TOUTES PERSONNES VOULANT INSCRIRE SON GOSSE !

    BYE

    • à priori je suis de ta promo,
      mais je ne reconnais pas du tout l’école que tu décris,
      aujourd’hui je bosse dans une maison oû j’assiste un styliste chaine et trame (côté style et recherches mon boss est très satisfait) et je réalise des toiles donc côté couture et modélisme je suis parfaitement au niveau aussi.
      les anciens élèves avec qui je suis toujours en contact bosse également, à priori tu ne fais pas parti de ceux-là…
      peut-être es-tu aigri car tu n,’était pas adapté a cette école , quand on échoue ce n’est pas forcément à cause des autres , tu peux te remettre en question aussi, c’est tellement simple de raisonner comme toi.
      Quand aux « teufs de merde » que l’on t’encourage à faire , je ne sais même pas de quoi tu parles, c’est une pure invention…
      à quoi ça te sert de raconter n’importe quoi?!
      Moi je pense l’inverse , si il y a bien une école à faire de mode c’est Berçot .
      Bref, Chacun son opinion

  15. Hello je ne sais pas comment est devenu l enseignement du studio B mais quand je l ai fait il y a une quinzaine d année la méthode était vraiment intéressante… Déconstruire les pseudo-personnalités et « tics » d apprentis stylistes ( jambes de 2m sur silhouettes/ robe en métal ou en plastoque, abus des archétypes et du tape à l oeil etc etc..), afin que les élèves se reconstruisent d une manière plus personnelle…(après forcement si on est vide intérieurement il n y aura pas grand chose à reconstruire)…et surtout apprentissage du coup d’oeil….pour moi c est plus une ecole de directeur de creation que de styliste ou de modeliste… mais l avantage c’est que cette formation si elle est bien digérée permet de pouvoir exercer dans de nombreux autres domaines que la mode (musique/vidéo/photo/graphisme). Le coup d oeil est essentiel..les techniques et la culture s apprennent facilement dans n importe quelle école ou cours en ligne ou bouquins et sont à la portée de n importe quel personne un peu motivée et opiniâtre …apprendre le coup d oeil …c’est plus compliqué et peu d’école y arrive. J y suis rentré par conseil d une amie apres une année à esmod catastrophique … et je ne regrette vraiment pas…. je n etais pas le plus riche ni le plus « aimé » des profs mais ce « coup d oeil » m a beaucoup aidé jusqu’à maintenant dans différents domaines… je ne le met pas toujours en pratique pour x raisons stratégique ou commerciales mais quand je le veux il est là et me permet de « comprendre »… et de faire le choix de l utiliser ou pas… Même si je ne bosse plus dans le style ce coup d œil m a permis d aller au bout de mes « ambitions » dans la mode… si l enseignement permet toujours d acquérir ce coup d’oeil, cela vaut le coup mais avec une formation complémentaire par la suite ou avant….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s